• 02 JUIL 13
    Questions IMO

    Questions IMO

    QUESTIONS SOUVENT DEMANDÉES SUR LE IMO

    Si vous souffrez de choc post-traumatique ou vivez avec des souvenirs douloureux et récurrents (chocs émotionnels), IMO est une approche thérapeutique efficace et à court terme qui peut fort probablement vous aider. Le texte ci-dessous fournit des réponses aux questions les plus souvent demandées et de ce à quoi vous pouvez vous attendre de la part d’un praticien IMO.

    1. Qui peut pratiquer l’IMO?
    Le praticien IMO doit nécessairement avoir un baccalauréat dans une science de la santé mentale (psychologue, médecin, psychoéducateur, travailleur social). Il doit avoir aussi une expérience d’au moins deux ans en psychothérapie avant de pouvoir s’inscrire à la formation. À noter que les gens n’ayant pas reçu leur certification IMO avec Académie Impact ne possèdent pas les compétences nécessaires pour appliquer efficacement ce traitement. Danie Beaulieu (Canada et francophonie), Woltemade Hartman (Afrique du Sud) et Steve Andreas (États-Unis) sont les seuls formateurs autorisés au monde à transmettre ces connaissances. Une personne utilisant l’approche simplement en ayant lu le livre ne peut l’appliquer de manière professionnelle et sécuritaire pour le client.

    2. Première rencontre : évaluation
    Pour savoir si l’approche IMO peut vous aider, le praticien IMO doit d’abord conduire une évaluation. À moins que le professionnel vous connaisse déjà, l’IMO ne devrait pas se dérouler lors d’une première rencontre.

    3. Durée, fréquence et coût des rencontres
    Une session d’IMO dure en moyenne 1h30 avec un adulte ou un adolescent et 1h avec les enfants. La fréquence des traitements IMO est toutefois établie aux deux semaines pour les adultes et ados et à chaque semaine avec les enfants. Typiquement, les clients auront besoin de 2 à 3 traitements mais certains clients peuvent requérir jusqu’à 6 traitements. Certains en ont besoin d’un seul. Les coûts varient en fonction de l’expérience de chaque professionnel et peuvent se situer entre 60$ et 120$/l’heure (donc de 90$ à 180$ pour une session avec un adulte).

    4. Où trouver un praticien IMO
    Le plus simple pour trouver un praticien IMO certifié est de visiter notre bottin de références (www.academieimpact.com). Les professionnels qui y figurent ont été formés par Danie Beaulieu, Ph.D. D’ici deux ans toutefois, chaque praticien devra assister à 10 heures de supervision pour maintenir son nom sur la liste. Vous serez ainsi assurés de recevoir le traitement selon les règles de l’art. *Le/la praticien/ne accrédité/a a complété 10h (à cocher) ou 16h (à cocher selon le cas) de supervision.

    5. Comment se déroule une session IMO
    Après avoir fait une solide évaluation, le praticien vous aidera à reprendre contact avec l’événement traumatisant que vous avez connu en vous demandant de le décrire sur tous les plans (sensations, images, pensées, odeurs, sons, etc.). Par la suite, il guidera vos yeux, avec ses doigts ou un crayon, à travers différents mouvements oculaires relativement lents. En tout 22 mouvements différents sont utilisés et le praticien pratique toute la série 2 à 3 fois pendant une session. Il est important que vous guidiez votre thérapeute pour qu’il exécute les mouvements selon une vitesse, une distance et un cadre avec lequel vous êtes totalement confortable. Donc si les mouvements ne sont pas assez longs ou trop rapides, le traitement ne donnera pas de bons résultats. Vous êtes le seul à savoir la vitesse et la distance qui vous convient. Le thérapeute ne peut que vous offrir des choix.

    À chaque mouvement, vous retrouverez des informations parfois déjà connues mais peut-être aussi certaines dont vous ne vous rappeliez plus. Ce qui surprend le plus les clients d’IMO, ce sont les informations corporelles qui émergent. Le client ne peut alors plus ignorer le ressenti qui avait été court-circuité lors de l’enregistrement. Le fait de libérer ces informations fait en sorte que le client ressent un grand bien-être et développe une meilleure connaissance de lui-même. Après un traitement IMO, plusieurs clients affirment enfin comprendre pourquoi ils ont eu autant de difficultés sur leur parcours et retrouvent un désir de s’engager pleinement et de reprendre leur vie en main. Les bénéfices sont également notés dans et par l’entourage de l’individu. Les relations sont souvent améliorées et clarifiées. Plusieurs ressentent aussi des améliorations importantes sur leur santé, leur qualité de sommeil, leur niveau d’énergie et leur estime personnelle. La majorité utilise l’expression : « je me sens libéré » pour décrire les résultats de l’IMO.

    6. Quels types de problématiques peuvent être traités par l’IMO?
    Les souvenirs douloureux, négatifs et récurrents peuvent être aidés par l’IMO. Qu’il s’agisse de souvenirs reliés à un crime, à des événements difficiles au travail ou dans l’enfance, à un incendie, un désastre naturel, un décès, une maladie ou chirurgie, à des abus physiques, psychologiques ou sexuels ou encore si vous avez été témoin d’actes marquants, IMO peut vous aider.

    7. À partir de quel âge et de quel moment pouvons-nous profiter de l’IMO.
    Même si les événements traumatisants sont survenus depuis très longtemps, l’IMO est tout aussi efficace. Toutefois, le praticien doit attendre de 6 à 8 semaines après l’événement avant d’entreprendre un IMO. Chez les enfants, l’IMO peut être appliqué 2 semaines après le trauma. Les enfants peuvent profiter des bénéfices de l’IMO à partir de l’âge de 4 ou 5 ans… selon leur capacité de suivre des mouvements oculaires et de demeurer concentrés.

    8. À quoi puis-je m’attendre après un premier IMO?
    Le traitement se poursuit après la rencontre avec votre praticien, particulièrement dans les 48 à 72 heures qui suivent. En d’autres termes, il est normal de revoir des bribes de la scène du trauma et de revivre des émotions qui y sont reliés. Certaines personnes vont avoir une nuit agitée suite au IMO alors que d’autres vont profiter d’un sommeil particulièrement récupérateur. Il est fréquent que le client décide spontanément de faire des choses qu’il avait cessé de faire suite au trauma. Par exemple le fait de ne jamais aller en ville aux heures de pointe suite à un accident ; spontanément, suite au IMO, la personne peut se retrouver en ville, tout à fait détendu malgré l’achalandage, et que ce soit quelqu’un d’autre qui lui fasse remarquer.

    Référence: Site de Danie Beaulieu, PhD. http://www.academieimpact.com/fr/imo.php?id=38